www.commerce.gov.gn
Un commerce au service du développement

COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE ARCH. BOUBACAR BARRY A L’OCCASION DU POINT DE PRESSE SUR L’IMPACT DE LA COVID-19 SUR LE COMMERCE

0 69

MESSIEURS LES MEMBRES DU GOUVERNEMENT ;

CHERS JOURNALISTES DE LA PRESSE PUBLIQUE ET PRIVÉE ;

CHERS INVITES ;

MESDAMES ET MESSIEURS

Comme vous le savez, la pandémie de la COVID-19 a touché toutes les économies du monde et la Guinée n’est pas en reste dans cette crise que l’humanité est en train de vivre.

Différents secteurs de l’économie nationale ont été touchés et face à ce désastre économique, le Premier Ministre Chef du Gouvernement, sous la clairvoyance de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Professeur Alpha CONDE, a dans une première phase, mis en place un plan de riposte, pour contrer et contenir la maladie.

Ma communication sera axée sur l’impact de la Covid-19 dans le secteur du commerce et sur les mesures prises par le Gouvernement dans ce secteur, dans le cadre des plans de la phase 1 et 2 du plan de riposte économique de la Guinée à la Covid-19.

Mais bien avant, je profite de l’opportunité qui m’est offerte pour m’incliner devant la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie des suites de la Covid-19, et prie Allah le Tout-Puissant de les accueillir au paradis.

MESDAMES ET MESSIEURS,

Concernant l’impact de la Covid-19, notre pays a été durement éprouvé par cette pandémie. La baisse des activités commerciales liées à la fermeture des frontières (terrestres, maritimes et aériennes) avec les pays voisins particulièrement en est une illustration.

Plusieurs produits guinéens compétitifs à l’export (l’ananas, la mangue, la pomme de terre, le café et l’anacarde, etc.) n’ont pu malheureusement franchir nos frontières, entraînant des pertes énormes pour les producteurs et les commerçants exportateurs.

Au niveau interne, il est important de noter que la fluidité des mouvements de marchandises a été fortement ralentie dans un premier temps, suite aux mesures restrictives édictées par les services sanitaires pour contenir la pandémie : couvre-feu, distanciation sociale, tests de dépistage et réglementation des horaires de fonctionnement des marchés.

Les difficultés de sortie des transporteurs liées aux tests de dépistage et au confinement de la ville de Conakry ont entrainé un surcoût sur le transport qui s’est immédiatement répercuté sur les prix des denrées de l’ordre de 10% à 15%.

MESDAMES ET MESSIEURS,

Face à la crise, le Gouvernement dans son souci de contenir les effets négatifs de la maladie sur l’économie nationale, a mis en place un plan de riposte dont les composantes sont d’ordre sanitaire, social et économique. C’est à ce titre que le Ministère du Commerce, dans ses attributions régaliennes a été instruit par le Gouvernement, afin de veiller à l’approvisionnement correct et régulier du marché national en produits et denrées de première nécessité et de veiller à la stabilité ou gel des prix.

Pour matérialiser ces directives, des mesures d’allègements fiscaux ont été approuvées par le Gouvernement, pour d’une part réduire les pertes subies par les opérateurs et d’autre part maintenir les prix à la consommation. Sur la première phase de ces mesures, allant de janvier à fin mai 2020, avec un volume d’importation d’environ 230 000 tonnes de riz titrant 25% de brisure devant engendrés environ 117 milliards de francs guinéens de recettes fiscales, l’Etat a concédé sous forme de subvention environ 92 milliards de francs guinéens. Soit 92% de subvention aux opérateurs. Le coût prévisionnel estimé de cette mesure au 31 décembre 2020 s’élèverait à près de 230 milliards de francs guinéens.

Ces efforts consentis par le Gouvernement dans la première phase du plan de riposte ont été renforcés dans la deuxième phase, par la suspension du paiement des redevances sur la Demande Descriptive d’Importation (DDI) des denrées de première nécessité (riz à 25% de brisure, blé, lait, sucre, huile, purée de tomate et oignon) du 1er juin au 31 décembre 2020. Cela représente un effort du Gouvernement d’environ 15 milliards de francs guinéens pour alléger les charges pour les opérateurs et surtout pour stabiliser les prix en gros au bénéfice des populations.

A la date du 30 juin 2020, d’après les informations reçues des principaux opérateurs économiques importateurs des produits et denrées de première nécessité, les stocks et prévisions d’importations s’établissent comme suit :

DÉSIGNATION STOCKS EN TM MOIS DE

CONSOMMATION

PRÉVISIONS 

EN TM

TOTAL GÉNÉRAL

STOCK+ PRÉVISIONS

MOIS DE COUVERTURE TOTALE  EN CONS
1 RIZ 25% 182 750 + 3 de mois de consommation 105 644 288 394 + de 5 mois de consommation
2 SUCRE BLANC 53  830 + de 3 mois de consommation 72 700 126 530 + de 8 mos de consommation
3 HUILE VEGETALE 14 800 2  de mois de consommation 24 000 38 800 + de 5 mois de consommation
4 PUREE DE TOMATE 13 788 01 mois de cons 90 790 104 578 7 mois de cons
5 BLE/FARINE 39 622 01 mois et demi  de cons 200 000 238 622 09 mois de cons
6 POISSONS 1 711 02 mois de cons 1 819 3 530 04 mois de cons
7 OIGNON 770 + de 2 mois de consommation 938 1 708 + de 4 mois de consommation

Il ressort de l’analyse de ce tableau récapitulatif une couverture du marché en denrées de première nécessité pour des périodes variant entre 4 et 8 mois selon les produits.

Il convient de préciser que, tirant les premières leçons de la gestion de cette situation, le Ministère du Commerce a été instruit pour la mise en place d’un programme d’urgence visant la constitution d’un stock de sécurité alimentaire, pour prévenir tout aléa dans l’approvisionnement normal du marché.

En vous remerciant de votre aimable attention et dans l’attente de répondre à vos questions et préoccupations, je vous remercie de votre attention.

Je vous remercie.

Regardez la vidéo:

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :